David Layani a compris très tôt que la transformation numérique serait un mouvement global, qui ne nécessitait pas seulement de déployer des systèmes d’information pour les entreprises, mais de repenser leur organisation, leurs méthodes de travail, voire leur stratégie. Il est également très impliqué dans les réflexions liées au progrès, aux organisations et aux conditions de réussite de l’entrepreneuriat.

Reproduction autorisée sous conditions et avec information préalable. Crédit : Renaud Marchand - Identites Remarquables

Né en 1979, David Layani a créé le groupe onepoint en 2002. Il réalise désormais un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros et compte plus de 1 850 collaborateurs.

David Layani a compris très tôt que la transformation numérique serait un mouvement global, qui ne nécessitait pas seulement de déployer des systèmes d’information pour les entreprises, mais de repenser leur organisation, leurs méthodes de travail, voire leur stratégie. onepoint est plus qu’un acteur spécialisé dans le conseil et le management des Systèmes d’Information intervenant dans toutes les secteurs d’activités pour des grandes entreprises et institutions (Banque-Finance-Assurance, Services et Télécommunications, Secteur Public, Energie, Industrie et Distribution) : c’est devenu l’une des seules entreprises capables d’accompagner les structures dans leur digitalisation, de bout en bout, tout en investissant dans l’innovation et la cybersécurité.

Les projections de développement du groupe, si elles se réalisent, en feront l’un des leaders du marché européen de la transformation numérique dans les cinq ans qui viennent.

David Layani a déjà développé son groupe au Canada, aux Etats-Unis, en Chine, en Tunisie et en Europe.

Il conserve cependant une majorité de ses effectifs en France démontrant ainsi que le « penser global, produire local » s’applique aussi à la nouvelle économie.

Dirigeant atypique, David Layani l’est certainement à plusieurs titres :

Il n’est pas issu de l’establishment, et a vite préféré l’entreprise aux autres institutions plus académiques. Cela le conduira à débuter très jeune ses premières expériences professionnelles. Ainsi, de 18 à 22 ans, il découvrira le salariat tout en commençant à s’intéresser à différents projets de création, dans plusieurs pays. Il fondera son entreprise, onepoint, à l’âge de 22 ans.

Il porte des valeurs qui définissent un nouveau modèle d’entreprise tournant autour : d’une conception positive du risque et de l’opportunité ; d’un indispensable équilibre des satisfactions entre les clients, salariés et actionnaires ; d’un métissage porteur de sens et de performance, entre les cultures, les expertises professionnelles, mais aussi les générations de l’entreprise, jusqu’à la nouvelle génération émergente.

Il est très impliqué dans les réflexions liées au progrès, aux organisations et aux conditions de réussite de l’entrepreneuriat.

En 2017, Il s’est vu confier par le Premier Ministre, Edouard Philippe, une mission de préfiguration de l’Agence nationale pour le travail d’intérêt général dans le cadre de la réforme de la Justice. David LAYANI prône une politique publique plus adaptée aux réalités de l’entreprise, et qui soutient mieux les jeunes entrepreneurs.

Très impliqué dans différentes causes sociales et sociétales, David Layani soutient de nombreuses associations telles que Karongasoré (association qui soutient la scolarisation des jeunes au Burkina Faso en développant les écoles existantes et en créant de nouveaux établissements scolaires), le Projet Aladin (programme culturel et éducatif qui vise à mettre à la disposition de tous des informations historiques et culturelles, fiables et accessibles, portant sur les enjeux liés aux relations judéo-musulmanes), le Projet imagine (association dont le but est d’inspirer à agir et de révéler la beauté du monde avec les médias et faire du Journalisme avec Espérance).

Enfin, et surtout, il est le père de deux petites filles de 7 et 6 ans.

Laisser un commentaire