L’Europe a tout pour réussir

Voici les quelques convictions sur l’Europe que j’ai souhaité exprimer le 30 novembre 2017 à l’European Business Day.

L’Europe a tout pour réussir : des pôles d’excellence dans l’éducation et la recherche, des talents, un immense marché, une cuture, des savoir-faire, un savoir-être…

Nous devons nous battre pour lui faire tenir ses promesses dans le domaine de l’innovation et être capable de donner naissance à des géants européens du numérique.

Il n’y a pas de fatalité à ce que les « licornes » et les « titans » restent dans l’univers des légendes en Europe. J’ai l’ambition de faire de mon entreprise un champion européen et je sais que cela demande une vision et la caopcacité à porter un projet pendant 15 ou 20 ans.

Nous devons nous engager dans la bataille mondiale de l’innovation en s’appuyant sur nos spécificités et nos exigences éthiques.

Je suis fier d’appartenir à une Europe qui met le citoyen au centre et lui donne plus de valeur qu’à l’algorithme et au capital. C’est un investissement qui portera ses fruits demain, car les consommateurs privilégieront de plus en plus les entreprises qui leur garantiront qu’elles ne feront pas n’importe quoi de leurs données.

Il faut aussi trouver le bon équilibre entre la confiance , que garantit par exemple le respect d’une éthique de la donnée personnelle et de l’IA, et la liberté d’innover, sans laquelle les entreprises ne peuvent pas exprimer tout leur potentiel.

Faisons aussi confiance aux entreprises pour respecter d’elles-mêmes des contraintes qui créeront de la valeur à moyen et long terme.

Pour gagner la bataille de l’innovation, l’urgence reste d’investir dans la formation et la recherche.

Dans un monde où personne ne peut prédire quelles seront les innovations et les « disruptions » à l’horizon de 5 ans, ma conviction est qu’il faut privilégier la formation tout au long de la vie. La portée de la formation initiale va diminuer au profit d’une formation qui sera dispensée pour une large part par les entreprises , pour garantir « l’employabilité durable » de leurs collaborateurs. Onepoint se veut déjà une « entreprise apprenante » où chacun peut monter en compétence, dans un modèle ouvert où les talents peuvent s’exprimer plus librement.

Les entreprises et les Etats européens doivent s’engager ensemble dans un effort d’innovation qui doit nous permettre en 5 ans de porter notre effort collectif de R&D , aujourd’hui de 2% du PIB européen au même niveau que celui du Japon ou de la Corée du Sud (4%).

A l’European Business Day organisé par Valérie Hoffenberg avec Le JDD et le Connecting Leaders Club à l’université Paris Dauphine, je participais à la table ronde « Innover : l’Europe à la conquête du monde ? » avec Gaspard KOENIG, philosophe, Octave KLABA, fondateur d’OVH, Dominique CALMELS, CFO d’Accenture France et Belgique, David MONTEAU, directeur de la French Tech, Stéphanie VON EUW, vice-présidente de la Région Île-de-France chargée des affaires européennes et David MARTINON, Ambassadeur français du numérique.

L’Europe a tout pour réussir was last modified: janvier 22nd, 2019 by David Layani